Aux racines de l’antisémitisme : Les juifs en terre chrétienne du moyen age aux années 1930

A l’époque moderne (XVIe-XVIIIe Sciecle)

Luther était pour la conversion des Juifs au christianisme afin de concilier ces deux religions. Le refus des Juifs de cette assimilation provoqua la montée d’une haine antisémite chez Luther. La guerre contre le judaïsme est déclarée. En 1543, il publie un ouvrage intitulé « Sur les Juifs et leurs mensonges » dans lequel il exprime son mépris à l’égard des Juifs.

Le premier ghetto juif apparaît en 1516 dans la république de Venise.Un ghetto désigne un quartier réservé ou imposé aux Juifs

où ils peuvent vivre selon leurs lois et coutumes particulières au milieu de peuples étrangers.

Le 27 septembre 1791, l’Assemblée Législative accord les droits civiques à tous les Juifs de France. L’Assemblée faisait des Juifs, des citoyens à part entière en supprimant les taxes et impôts spécifiques aux Juifs, ce qui les distinguaient auparavant encore plus des Chrétiens. Cette mesure imposait les mêmes obligations à tous les citoyens. Les Juifs pouvaient alors exercer toutes professions, habiter où ils le voulaient et se marier comme ils le voulaient.

Période contemporaine

A la fin du XIXe siècle, naît l’antisémitisme contemporain. Il se nourrit d’accusations et de théories pseudo scientifiques. On peut citer les idées de Maurras et Barrès, qui étaient des théoriciens de l’antisémitisme français, et prônaient le nationalisme et « l’antisémitisme d’Etat ». H. Drumont antisémite français lui aussi, accuse les Juifs d’abus du capitalisme et de la déchristianisation. Nous pouvons aussi remarquer les accusations catholiques à l’égard des Juifs comme quoi ils sont trop fidèles à la République. Toutes ces dénonciations et accusations font naître une théorie selon les antisémites : l’existence de plusieurs « races ».

Se développe alors un discours de haine antisémite et l’on voit naître en Europe des partis politiques ouvertement antisémites prônant l’extermination radicale des Juifs. Les Juifs servent à nouveau de bouc émissaire.

L’affaire Dreyfus en France en est un exemple. En Russie, tout comme en Pologne renaîssent les massacres contre la communauté juive (pogrom), notamment à la fin du XIX siècle. Les Allemands eux rendent responsable les Juifs de la défaite de la première guerre mondiale. Ils qualifient ça d’un « coup de poignard dans le dos ».

Dans les années 1930, les Etats et opinions politiques ne réagissent pas face à la montée de l’antisémitisme, au contraire ils le banalisent.

La politique antisémite du régime de Vichy apparaît comme une norme européenne. En effet depuis de nombreuses années, les hommes proclament la haine des Juifs. De plus, beaucoup d’autre pays proclament ou banalisent l’antisémitisme et le regardent comme légal.

Drumont montoire

maurras

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=65 .
© 2017.