Un camp de morts

Dès mon arrivée au camp, je ressentis une atmosphère de mort qui me vida l’esprit. Je ne réalisais pas trop pourtant malgré le fait que je me dise que des gens comme moi ou vous ont été mis à mort, ici.

Le terrain en pente était couvert de bâtiments identiques qui étaient auparavant des dortoirs. On peut voir ca comme des porcheries avec une symétrie totale des structures. Ces bâtiments sombres m’inspiraient la peur. En plus de cela, nous avions accès  à des témoignages frappant ce qui augmentait la vibration de mon cœur quand je m’imaginais ce qu’ils ont enduré. Quelques gravures représentatives du camp montrant l’horreur augmentaient mon dégoût. Les déportés n’étaient plus que des tas d’os avec un regard de mort.

Nous avons pris les chemins qu’avaient empruntés les prisonniers et leurs bourreaux. Il y régnait un silence qui ne ressemblait pas aux autres silences… Une potence se trouvait en plein milieu d’une cour, cela me jeta froid dans le dos... Le fait de ressentir de nombreuses émotions me faisait passer du chaud au froid. Au cimetière, le nombre de croix représentant la mort était impressionnant (et dire que ce n’est même pas la moitié, le reste était brulé...).

Plus on avançait vers le crématorium, plus mon cœur accélérait de rythme. Je m’imaginais la marche de mort pour les détenus. A l’intérieur je sentais une atmosphère brûlante de mort. C’était le bâtiment où aucun détenu n’espérait venir un jour. A l’entrée de la salle d’expérimentation, j’entendais les cris retentir au fond de moi. Les cellules ainsi que les conditions inhumaines des cachots me donnaient la nausée. On pouvait déchiffrer des écritures poignantes de détenus à l’intérieur des cellules.

A l’approche des chambres à gaz, mon cœur battait la chamade. Un univers glacial y régnait, celle de la mort. Cela me prenait jusqu’aux trippes…

A la fin de cette visite, j’ai eu besoin d’une de mes cigarettes pour évacuer toute cette émotion. C’est comme si la mort m’habitait. Horrible cruauté des bourreaux nazis !

Alexandre GOURET, 1ere ES1

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=170 .
© 2017.