Production personnelle, à partir de quelques photos du livre « Camp de concentration NATZWILLER STRUTHOF »

Toutes photos de ce livre montrent l’horreur, la  terreur, la souffrance,… que les déportés ont vécues et subies.

Ainsi aucune photo n’épargne la sous alimentation endurée par les déportés, cependant les photographies  ci-dessous l’évoque malheureusement bien.

déporté

A gauche, Cette femme squelettique, sans  muscles, la peau tiré sur les os, n’a plus aucune force, elle tient a peine sur debout, pourtant auparavant cette femme était bien portante, elle était un peu ronde mais ce peu de  nourriture effroyablement insuffisant pour les besoins humains réduit les hommes a des «  cadavres ambulants », «  des hommes spectres », sa tête, qui devient alors l’organe  le  plus lourd de son corps, ne tient même plus, elle est dépourvu de muscles.

On constate aussi que cette femme a subit des expériences au niveau des jambes (celles-ci sont déformées) on ne pourra jamais ressentir la  douleur, la souffrance qu’elle a endurées car ces opérations étaient réalisées dans des conditions les plus déplorables ( sans anesthésie, manque d’hygiène,…)

Cette photo nous montre que les nazis n’avaient aucune  pitié pour les enfants déportés, tous aussi squelettiques les uns que les autres.

enfant

Beaucoup de déportés ont ainsi subit des expériences dans les camps, d’autres subissait des tortures car ils avaient enfreint les disciplines du camp, les  SS martyrisaient, massacraient les déportés.

Les photos ci-dessous nous font constater l’horreur que pouvait endurer les déportés, ces hommes sont déformés, le visage marqué. Les photos évoquent alors l’inhumanité des SS, leur sadisme à pouvoir détruire toute dignité humaine.

maltraités

A la  libération des camps, les autres nations en particulier les troupes françaises, découvrent  alors l’horreur qu’ils ont produite, ils découvrent des cadavres squelettiques, des corps entassés que l’on peut réduire à un  « tas d’os humain »

corps

Nanou Thomas

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=177 .
© 2017.