Réflexion sur la déportation au terme de la visite au Struthof

Nous arrivons au camp de concentration par une route dont on m’apprend quelle fut faite par les déportés eux-mêmes. Une fois sortie du car nous arrivons devant la porte du camp. De l’entrée l’on peut voir que nous nous trouvons en haut d’une vallée et en contrebas un village. Ceci nous amène à nous demander si la population à l’époque de la déportation était au courant de ce camp. Il est évident qu’un camp aussi visible ne peut rester inconnu, mais alors pourquoi avoir laissé faire de telles atrocités ?
L’on sait que l’Allemagne nazie (l’Alsace-Lorraine en fait partie suite à son annexion) maintenait un contrôle sur sa population par le biais de la propagande et la terreur de masse. L’on sait aussi que la France présente une face antisémite au sein de sa population et au sein de son gouvernement de Vichy. Cela peut jouer dans l’acceptation ou la négation volontaire de l’existence des traitements infligés aux déportés du camp.
Ainsi l’on peut comprendre ce qui a fait l’inaction et l’incompréhension des gens face à ces crimes. L’exemple du Struthof renvoie directement à la déportation effectuée par les nazis dans l’ensemble de l’Europe.

Florian Kerloch

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=241 .
© 2017.