Etre juif sous le régime de Vichy. Les camps d'internement.

Les lois relatives à la persécution des Juifs en france:

Après la défaite de Mai 1940, le Nord de la France est occupé par l'Allemagne nazie et le Sud du pays est placé sous la tutelle du régime collaborateur Vichyste. Le régime de Vichy se plie donc aux directives anti-Juives imposées par l'Allemagne nazie. La première mesure est prise en Automne 1940, elle permet aux préfets de la zone dite libre d'enfermer toutes familles Juives étrangères dans des camps d'internement situés dans le sud de la France. A l'origine, ces camps étaient destinés à un tout autre usage: ils devaient servir à enfermer tout les ressortissants Allemands, les éventuels prisonniers de guerre et les exilés espagnols. Au Nord commence le recensement de tout les Juifs quels qu'ils soient, ces cahiers de recensement ont été utilisés pour les rafles des années 1942-1943. Parmi ces rafles la plus connue est celle du Vel d'Hiv', où 13.000 Juifs sont arrêtés puis emmenés dans des camps d'internements, comme celui de Drancy, dernière étape avant la déportation dans l'est de l'Europe. Au total, c'est 72.000 Juifs qui sont déportés de France vers des camps de concentrations et/ou d'extermination en Europe Orientale.

Les camps d'internement sur le territoire français:

Les premiers camps d’internement français n’ont pas été créés par les Allemands, ni même par le

Gouvernement de Vichy, mais par la République française. Ils ont été ouverts en janvier 1939,

dans le sud-ouest de la France, pour accueillir et interner les réfugiés républicains espagnols

arrivés en masse avec la victoire de Franco et la chute de l’enclave républicaine de Barcelone.

Le plus grand fut celui de Gurs, dans le département des Basses-Pyrénées.

  • Noms et repères historiques des camps d'internement en France:

Gurs : le camp de Gurs est un camp de réfugiés construit en France près d' Oloron-Saint-Marie dans les Basses-Pyrénées par le gouvernement d'Édouard Daladier entre le 15 mars et le 25 avril 1939. Avec un  capacité « d'accueil » de 18,500 personnes, le camp de Gurs est le plus grand camp du Sud de la France. Construit en 42 jours, de mars à avril 1939 pour interner les combattants de l'armée républicaine espagnole, il a été ensuite utilisé comme un centre d'internement pour les « indésirables » du Régime de Vichy et est devenu l'une des bases de la  déportation des Juifs en France.

Vue générale du camp de Gurs

Vue générale du camp de Gurs

Rivesaltes : Le camps de Rivesaltes est un camp militaire de transit pour les réfugiés espagnols et les brigadistes. Il devient ensuite un centre d’hébergement surveillé puis un centre de regroupement familial pour être le centre régional de rassemblement des Israélites à partir d’août 1942. Il a été construit le 10 décembre 1940 en France        dans les Pyrénées Orientales. Il pouvait « accueillir » 15 à 18.000 personnes.

rivesaltes

Pithiviers : Le camp de Pithiviers à été construit durant les années 1941 dans le département du Loiret. Ce camp a « accueilli » 37.000 personnes à la suite de la rafle du billet vert, puis en juillet 1943, 3.096 personnes arrêtées lors de la rafle du Vel d'hiv sont envoyées à Pithiviers.

pithiviers

Vue générale du camp

Beaune-la-Rollande:
Le camp de Beaune-la-Rollande est, avec celui de Pithiviers, le deuxième grand camp d'internement du Loiret. Créé au début de 1941 pour les Juifs, il se remplit l'été suivant après la rafle du Vél d'Hiv.

Beaune-la-Rollande

Compiègne-Royallieu: Le camp de Royallieu a été construit en 1941 à Compiègne en Picardie.
54.000 personnes sont passées par Compiègne. Le camp de Compiègne est le seul camp qui dépendait exclusivement de l'administration allemande.

compiègne

Drancy : Situé au nord est de Paris, dans la ville de Drancy ( aujourd'hui Seine-Saint-Denis ) , ce camp a été pendant trois ans le principal lieu de départ de la France vers les camps d'exterminations nazis, pour la majorité des convois vers Auschwitz. Neuf  Juifs déportés de France sur dix passèrent par le camp de Drancy pendant la seconde guerre mondiale.

drancy

Les camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande :

Ces camps étaient administrés par l'administration de Vichy et sous le contrôle de la police française. Au sein des camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers, les internés pouvaient avoir des contacts avec l'extérieur par le biais de visites et de colis.

En 1941 ces camps sont utilisés pour l'internement de Juifs suite aux rafles tels que celles du  Vel d'Hiv' .Il s'en suit des tentatives nombreuses d'évasions qui sont durement réprimées. Les autorités Françaises des camps prennent des mesures de répression qui visent à priver les internés de certaines libertés. Les internés ne reçoivent plus aucun contact avec l'extérieur, soit plus aucune visite et plus aucun colis. D'autre part la surveillance est accrue et les personnes qui ont tenté de s'échapper sont sévèrement réprimées.

Pour conclure, ces renseignements mettent en évidence la flagrante collaboration du Régime de Vichy avec l'Allemagne nazie. En effet, le régime vichyste a activement aidé les nazis dans la déportation systématique des Juifs vivants en France, avec notamment l'élaboration des cahiers de recensement et la mise en place de nombreux camps d'internements.

LATIMER Sarah, KERLOCH Florian, PIETOT Stevan (1ES1)

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=52 .
© 2017.