Nous devons être vigilants...

A travers sa vie que Marie-José Chombart de Lauwe nous a racontée tout au long de la conférence du 8/04/2010, elle nous a fait prendre conscience de ce que pouvait être l’existence d’un jeune en 1940 lorsqu’il décidait d’entrer dans la résistance et des conséquences terribles qui pouvaient en découler : arrestation, interrogatoire et tortures par la Gestapo, internement dans un camp de concentration et  survie difficile.

En effet, Marie-José s’engage à l’âge de dix sept ans dans la lutte contre l’occupation allemande en Bretagne. Elle transmet des informations de Rennes où elle est étudiante en médecine aux Alliés en  Angleterre où peu à peu la Résistance s’organise

Trahi par un agent double qui a réussi à s’infiltrer dans son réseau, elle est arrêtée en mai 1942 avec ses parents .Ils sont conduits à Angers pour être interrogés par la Gestapo. Accusés de terrorisme, ils sont transférés à Paris. Son père est dirigé sur la prison de Fresnes, puis sur Buchenwald  où  il décèdera. Elle et sa mère sont incarcérées à la prison de la Santé où elles connaîtront  une grande solidarité entre prisonnières. En février 1944, elles sont déportées au camp pour femmes  de Ravensbrück en Allemagne.

Marie- José découvre alors l’horreur des camps de concentration. Elle y retrouve de gens internés là pour motifs religieux (les juifs), raciaux (les tsiganes), politiques (opposants au régime nazi), de droit commun (assassins, voleurs).Ils sont reconnaissables à un triangle de couleur différente. .Elle se voit attribuer un triangle rouge celui des  prisonniers politiques

La vie suit une routine bien rôdée. A la première sirène, les détenues doivent se rassembler dans la cour pour être comptées. Elles peuvent restées debout pendant des heures quelques soient les conditions climatiques. A la deuxième sirène, elles partent travailler en usine , 12 heures par jour avec seulement une pause à midi où on leur distribue une soupe .Le soir , elles rentrent au camp où on renouvelle l’appel, les fouilles et on leur distribue  un quignon de pain et du saucisson.

Pendant toute leur détention, elles sont confrontées aux horreurs qu’ont imaginées les nazis pour exterminer massivement tous ceux qui les gênent.

Les détenues servent de matériel médical aux médecins nazis qui les utilisent pour tester des médicaments, des vaccins ou pour étudier la résistance du corps humain (au froid extrême par exemple ou à la douleur)°

Les nourrissons nés au camp sont séparés de leurs mères à la naissance et assassinés devant elles dans des conditions horribles (noyés, jetés au feu, étranglés, empoisonnés…) Il y aura seulement quarante survivants sur les cinq ou six naissances recensées

Les femmes subissent à leur insu une castration aux  rayons X même les jeunes filles (dix, douze ans) n’y échappent pas

Lorsqu’elles sont trop faibles pour travailler, les femmes, sont achevées par injection de poison, ou envoyées au camp d’Auschwitz pour être gazées.

Elles connaîtront les sévices habituels à tous les camps : coups, tortures, pendaisons, exécutions. Un four crématoire et une chambre à gaz complèteront les installations du camp.

Quatre vingt douze mille femmes périront dans ce camp, assassinées, de faim ou d’épuisement

En Avril 1945, le camp est libéré et Marie-José regagnera l’île de Bréhat en transitant par la Suisse et Paris. Son internement aura duré trois ans et demi.

Cette conférence m’a permis de prendre conscience que des jeunes de mon âge avaient été capables de prendre des risques, de souffrir et parfois même de mourir dans des conditions inhumaines pour défendre leur patrie et un idéal de liberté

J’ai également noté la grande solidarité qui pouvait exister entre les différents prisonniers.
Mais ce qui m’a frappé le plus ce sont les conditions de vie que les nazis avaient imaginés dans ces camps de concentration. L’idéologie nazie a décidé au nom de motifs religieux, raciaux ou politiques d’exterminer des millions de personnes dans des conditions épouvantables Cela touchait aussi bien les hommes que les vieillards, les femmes et les enfants.  Il est important que les personnes qui ont vécu cela témoignent pour que tous soient informés .Malheureusement ces témoins directs sont de moins en moins nombreux .Mais nous devons continuer à être vigilants car le régime nazi au départ est arrivé légalement au pouvoir et peu à peu insidieusement s’est étendu. Les faits pourraient se renouveler n’importe où dans le monde et il me parait important que plus jamais de telles théories ne puissent voir le jour et se développer.

Romuald Corbel Première S1

Printed from: http://voyage.contreloubli.free.fr/?p=119 .
© 2017.